Critique DVD : Bébé Tigre, de Cyprien Vial

Je l’ai dit pour la première fois dans une vieille critique de Dog Pound, je l’ai répété dans ma critique de Smell of Us et je vais le redire encore une fois ici : j’aime les films sur la jeunesse. Pas celle montrée dans un American Pie ou d’un de ses clones dont l’affiche montre une nana peu farouche, mais plutôt celle qui galère, celle qui a des problèmes, celle qui dérive. La VRAIE jeunesse quoi !

Bébé Tigre suit le parcours de Many, un adolescent indien de 17 ans « importé » en France afin de fournir une main d’oeuvre manipulable et pas bien chère. Cours, copine, travail, Cyprien Vial cerne tout ce qui fait le quotidien de ce jeune pas tout à fait comme les autres. Avec un tel scénario, je me disais que Bébé Tigre avait tout pour me plaire. Effectivement, tout me plait ici. De la mise en scène sobre et proche des personnages aux acteurs amateurs mais justes, en passant par les enjeux dramatiques du film, tout semble vrai, authentique.

L’arrière de la jaquette du DVD mentionne un film « réaliste et sans manichéisme ». J’ai tendance à me méfier des films vendus de cette manière, parce que le manichéisme est quelque chose de cher au public en général. Des gentils et des méchants bien définis, ça fait vendre après tout. Ici, il n’y a ni bonnes, ni mauvaises personnes, juste des jeunes et des adultes qui font avec les problèmes que la vie met sur leur chemin. De cette manière, Cyprien évite le plus possible les clichés que ce genre de drame social impose. Certains reprocheront de ne mettre en avant quasiment que des gens de couleur (lu sur Allociné, hélas), mais c’est la France d’aujourd’hui mon coco. Cependant, le métissage ne reste qu’une partie de Bébé Tigre.

Contrairement aux teen movies classiques, ce n’est pas vraiment le destin de Many qui importe, mais le problème qui est mis en avant à travers ce personnage, à savoir l’exploitation des étrangers. Cyprien Vial montre une facette de la France rarement mise en avant (et on comprend pourquoi). Many est un mineur contraint de bosser pour apporter de l’argent à sa famille resté au Penjab. Sauf qu’il n’est pas français, et non diplômé qui plus est. En gros, il est une épine dans le pied du système, qui ne sait pas quoi faire pour intégrer définitivement un jeune pourtant socialement à sa place. Le réalisateur pointe du doigt ce problème et appuie là où ça fait mal, avant de terminer son film avec une scène poignante. C’est triste, beau et très encourageant pour un premier film ! On a hâte de voir la suite de la carrière de ce réalisateur plus que prometteur !

Détails :

Réalisateur : Cyprien Vial

Casting :  Harmandeep Palminder, Vikram Sharma, Elisabeth Lando

Editeur : Blaq Out (Sa page Facebook)

Date de sortie : 2 juin 2015