Critique DVD : A Girl Walks Home Alone at Night, de Ana Lily Amirpour

Pas le temps, d’autres films à voir, je ne saurais plus dire pourquoi je ne suis pas allé voir A Girl Walks Home Alone At Night (Oscar du titre le plus long). Pourtant, le trailer m’avait plutôt branché. Bon, mettons ça sur le dos du manque de temps ! De toute façon, aujourd’hui ça n’a plus d’importance puisque j’ai pu combler ce retard et découvrir le film d’Ana Lily Amirpour. Et ça n’a strictement rien à voir avec la bande-annonce. Enfin, en grande partie disons.

A Girl Wa…Oh puis zut, le film a été vendu comme un OCNI (un objet cinématographique non identifié) et c’est exactement ce qu’il est. En revanche, là où le trailer vendait un film très nerveux, voire même un peu foutraque, le film est bien différent et va plutôt jouer dans la cour du contemplatif. Longs plans fixes et silences représentent 80% du film. Bien évidemment, vampirisme oblige, cet aspect va de pair avec quelques scènes particulièrement déjantées. On parle de drogue, de putes, de macs, l’impression d’être dans une sorte de Sin City oriental (l’action se passe en Iran) est renforcée par le nom de la ville dans laquelle se déroule l’action : Bad City.

Pourtant, on a rapidement l’impression que le film n’a pas grand chose à raconter. Histoire d’amour ? Western ? Fantastique ? Difficile de placer une seule étiquette sur le film et de le ranger dans un genre en particulier, d’autant plus que la réalisatrice a quelques influences elles aussi inclassables. On pensera notamment à Dead Man de Jim Jarmusch, pour la dimension western N&B. C’est le point sur lequel A Girl Walks Home Alone At Night marque le plus, à savoir son esthétique sublime. Les films en noir et blanc se comptent sur les doigts d’une main aujourd’hui, mais on peut les classer dans différentes catégories : le film tourné normalement puis passé en noir et blanc (donc pas forcément pensés pour), le film avec plein de CGI bien moches (coucou Sin City) et enfin le vrai film en noir et blanc. A Girl… fait partie de la dernière catégorie. Les contrastes sont sublimes, Amirpour s’amuse beaucoup avec les silhouettes, c’est absolument magnifique. Et c’est sans parler de la bande-son, très rock et inattendue ici.

Ce qui m’amène à penser que la réalisatrice est plus dans l’exercice de style que dans le cinéma traditionnel. Elle privilégie la forme sur le fond et je n’ai rien contre cette démarche. On termine le film en se demandant ce qu’on vient de regarder mais avec l’immense plaisir d’avoir assisté à une superbe expérience visuelle et musicale. Et rien que pour ça, A Girl Walks Home Alone At Night vaut clairement le détour !

Je remercie encore une fois Cinétrafic pour l’envoi du DVD et vous invite à consulter un top des meilleurs films fantastiques juste ici et un autre sur les films sur le vampirisme.

Détails :

Réalisateur : Ana Lily Amirpour

Casting : Sheila Vand, Arash Marandi, Mozhan Marnò

Editeur : M6-SND

Date de sortie : 3 juin 2015