Critique ciné : LEGO Batman, de Chris McKay

Quand le plus grand représentant du jouet dans le monde annonce une série de films, on est curieux. Quand ce même représentant sort un premier film d’animation euphorisant, on devient plus qu’attentifs. Enfin, quand le film qui suit cette première pépite concerne notre héros favori, on se met à trépigner. Malheureusement, transformer un personnage secondaire en héros ne se fait pas toujours sans heurts, et ce n’est pas ce Batman version LEGO qui me dira le contraire…

Résumé

Batman est un Bat-con dans sa Bat-cave. Il trouve un orphelin, l’adopte, sauve Gotham et tout le monde célèbre dans la joie et la bonne humeur. Désolé, écrire ce résumé m’emmerde.

L’avis de GTP

Reprenons la Grande Aventure LEGO. L’écriture est intelligente, l’humour fait toujours mouche et la réalisation est excellente. Bref, du Lord et Miller pur jus. Batman n’y était qu’un comic reflief et ça fonctionnait très bien. Arrogant, vaniteux, plus sombre que la noirceur elle-même, ce Batman parodique fonctionnait parfaitement. Il est tout à fait logique que Warner ait souhaité lui offrir son propre film assez rapidement, pour dire de ne pas trop laisser retomber le soufflé. Sauf que sans l’écriture de Lord et Miller, ce Batman en briques devient l’un des personnages les plus irritants vus depuis longtemps au cinéma.

Batman arrogant sur 15 minutes, c’est drôle. Batman arrogant sur 1H45, ça use. Batman parle de ses muscles, Batman s’aime, Batman pense qu’il n’a besoin de personne. Bref, un Batman qui n’a qu’une seule corde à son arc, à savoir son égo démesuré. Du coup, on se farcit toutes les vannes Batman les plus likées de 9gag, pendant l’intégralité du film. Ce n’est juste pas drôle. Le scénariste use et abuse des références, ce qui nous donne plus l’impression de lire une encyclopédie écrite par un enfant de 4 ans qu’un vrai scénario pondu par un fan du personnage. D’ailleurs, ces références sont le seul et unique moyen de faire de l’humour méta ici. Jamais la dimension LEGO n’est exploitée, jamais. Techniquement, LEGO Batman aurait pu être un simple film d’animation, rien n’aurait changé. Quand en plus le film est dénué de trouvailles (là où LEGO Movie offrait des idées absolument géniales), on s’ennuie ferme (pour peu qu’on ne soit pas sensibles à l’humour 9gag justement).

Vous vous doutez bien qu’un film qui ne tourne autour que d’un seul personnage complètement raté ne peut être que raté. Et c’est le cas. Ce ne sont pas les vannes sur Robin (qui danse sur du Wham, 9gag qu’on vous dit), la réalisation hystérique ou les doublages insupportables qui viendront sauver LEGO Batman du naufrage. Moralité : il ne suffit pas de lancer une référence en l’air pour être drôle. Une blague, ça s’écrit.

En essayant d’étirer sur un film complet les quelques passages réussis d’un personnage parfait dans son rôle de second, Chris McKay et Seth Grahame-Smith passent complètement à côté de leur sujet et rendent insupportable un Batman qui apparaissait comme sympathiquement antipathique dans un LEGO Movie infiniment mieux écrit. Les amateurs de memes traduits et d’un Batman qui « kiffe sa life » (ça ne s’invente pas) apprécieront, les autres retourneront rapidement se rincer les yeux devant le seul vrai film LEGO.

P.S : Il y a un gag sur le générique de la vieille série de 66. Comme dans…Amazing Spider-Man 2. De belles références, non ?

Détails

LEGO Batman posterRéalisateur : Chris Mckay

Casting : Will Arnett, Zach Galifianakis, Rosario Dawson, Michael Cera, Ralph Fiennes

Distributeur : Warner

Date de sortie : 8 février 2017

Budget : 80 millions €

Trailer