Après Glénat Comics en 2015 et Bliss Comics en 2016, un nouvel éditeur vient grossir les rangs en 2017 : Snorgleux Comics. « Nouveau » est un bien grand mot puisque l’Antre du Snorgleux (la boutique Marseillaise à l’origine du label) avait déjà sorti quelques titres en réédition collector (Birthright et Badass de Delcourt et Elfquest de Vents d’Ouest). Cependant, 2017 marque un tournant pour la boîte puisque à partir d’aujourd’hui, Snorgleux éditera en France les titres de Aftershock Comics, un tout jeune éditeur américain lancé en 2015. Vous suivez toujours ?

Tout ça pour dire que j’ai bien évidemment acheté les deux premières publications purement Snorgleux/Aftershock (parce que je fais ça à chaque nouvel éditeur de comics) : Animosity et American Monster. Si le titre de Brian Azarello est encore un chouia trop cryptique pour être jugé sur un seul tome, Animosity est un parfait candidat pour se lancer dans la découverte du label. C’est justement sur cette série que nous allons nous pencher aujourd’hui.

Résumé (pris sur le site Snorgleux Comics)

Voilà à peut près ce que l’on sait :

Un jour, les animaux se sont éveillés.
Ils ont commencé à penser.
Ils ont commencé à parler.
Ils ont commencé à se venger.

Une fillette et son chien vont essayer de s’échapper de New York pour retrouver la seule personne capable de la sauver et de la protéger de ce nouveaux monde ou les humains et les animaux vont devoir cohabiter.

Notre avis sur Animosity

Apocalypse de zombies, apocalypse virale-qui-tue-tout, apocalypse de singes. Des fins du monde, on en a connu à la pelle et c’est rarement la joie. Si le traitement peut être original, le point de départ l’est rarement. C’est là qu’intervient Animosity. Point d’infectés ou de catastrophe naturelle ici, juste une prise de conscience de l’intégralité de la faune, des fourmis aux baleines en passant par les animaux domestiques et les oiseaux. Naturellement, ce changement pour le moins soudain va bouleverser l’ordre mondial et les êtres humains vont devoir composer avec de nouveaux invités pour régner sur la planète. Ce point de départ a le mérite d’être original. Plutôt qu’une extinction, c’est une cohabitation qui va se mettre en place. Contrairement à la Planète des Singes, les uns ne disparaissent pas au profit des autres.

Qui dit cohabitation dit aménagement, et si on pourra reprocher à Marguerite Bennett un manque de rigueur dans sa logique d’adaptation (les langues, l’ergonomie des objets, etc), impossible de ne pas être pris dans l’histoire que l’auteure américaine souhaite nous raconter. Animosity n’est pas un écrit scientifique, il n’essaie même pas de l’être. Il est donc inutile de discuter la crédibilité des éléments que j’ai cités plus haut. En revanche, le livre pousse à réfléchir sur la cause animale. Notre relation aux animaux, notre alimentation, les rapports de force, autant de sujets importants évoqués avec rigueur. Sans directement blâmer, Animosity questionne, beaucoup. Ce premier tome, en premier lieu divertissant, intègre des problématiques sociétales passionnantes.

En plus d’un scénario intéressant, Animosity profite de l’incroyable talent de Rafael de Latorre. Il se révèle aussi doué pour les personnages humains que pour les multiples animaux que l’on croise au fil du tome. Son style, sans tomber dans le cartoonesque, se veut très accessible, plein de bonhomie. Il offre tout de même quelques planches relativement violentes, nécessaires pour un récit du genre.

Aussi éloignée que possible des canons du genre post-apocalyptique, Marguerite Bennett s’attaque frontalement à la maltraitance animale, à travers la dépiction d’une société jamais avare en cruauté. Toutefois, plutôt que de céder au moralisme facile, l’auteure préfère adopter une démarche de sensibilisation. Tout n’est pas noir ou blanc et si le récit se veut plutôt pessimiste, certains personnages véhiculent une part d’espoir nécessaire à la lecture. Marguerite Bennett n’est pas Warren Ellis et c’est tant mieux ! On ressort de ce premier tome touché, avec la très forte envie de connaître la suite des aventures de Jesse et son chien Sandor (et surtout d’aller faire un bon gros câlin à son chat) !

Détails

Titre : Animosity

Equipe créative : Marguerite Bennett (scenario), Rafael de Latorre (dessin)

Editeur : Snorgleux Comics (Sa page Facebook)

Date de sortie : 22 septembre 2017

Où puis-je acheter Animosity – Tome 1 ?

Quand est-ce que je pourrai lire la suite ?

Va savoir…